Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 23:00

À Honfleur, le Jardin des personnalités rend hommage aux figures locales.

– À propos de figure, dites donc, monsieur Baudelaire, vous ne ressemblez pas à votre photo ?

– Cré nom, c'est sûr, c'est le concierge de la rue Morgue qui a posé pour le statuaire !

 

honfleurbaudelaireN9256.jpg

Jardin des personnalités, Honfleur – juillet 2014

 

Si on cherche à savoir ce qui relie le poète à la ville, il suffit de relire Mon cœur mis à nu.

 

Hygiène, conduite, morale. — Deux parts. Dettes (Ancelle).

Amis (ma mère, amis, moi).

Ainsi, 1000 francs doivent être divisés en deux parts de 500 francs chacune, et la deuxième divisée en trois parties.

À Honfleur. — Faire une revue et un classement de toutes mes lettres (2 jours) et de toutes mes dettes (2 jours). (Quatre catégories, billets, grosses dettes, petites dettes, amis.) Classement de gravures (2 jours). Classement de notes (2 jours).

 

Finalement, un poète, ça n'est pas toujours des rimes riches.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yves - dans ya pas photo
commenter cet article

commentaires

lizagrèce 21/07/2014 13:45


Le problème des personnalités statufiées qui peuiplent ce jardin c'est que personne ne ressemble à personne.

Yves 22/07/2014 11:47



Tant qu'ils ne ressemblent pas à rien !



Minik do 11/07/2014 07:11


Alias Charles Buddleia..

Yves 11/07/2014 21:35



Inventeur de la fleur qui porte son nom.



Cristophe 10/07/2014 22:22


À côté sous les feuilles, on ne distingue pas sa tête, il y a la victoire de Samothrace.

Yves 10/07/2014 22:53



Une Victoire aux ailes de papillon !



wolf 10/07/2014 20:32


Ah bon !


Ca a du lui couter bonbon !

Yves 10/07/2014 22:52



Et encore ! Il n'a pas payé pour quelques idioties qu'il a pu écrire : « J'ai toujours été étonné qu'on laissât les femmes entrer dans les églises. Quelle conversation peuvent-elles avoir aec
Dieu ? »



Topa 10/07/2014 08:45


En errant dans la ville à la recherche du "Grenier à sel", je suis tombé sur la médiathèque à l'entrée de laquelle on trouve cette phrase :


"Mon installation à Honfleur a toujours été le plus cher de mes rêves."


Et c'est du Baudelaire, messieurs dames, du Baudelaire, j'ai bien dit...

Yves 10/07/2014 22:48



Dans Mon cœur mis à nu, on lit encore : « À Honfleur ! le plus tôt possible avant de tomber plus bas.»