Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 00:00

Ste-Suzanne

Pierre qui pleure, Ste-Suzanne

 

Fable cochonne de Nicolas Cirier, typographe.

 

NIOBÉ

Une grosse Fermière avait
Dans sa ferme une grosse Truie,
Que par-dessus tous elle aimait.
Nota bene, que ce tous signifie
Bœufs et moutons,
Poules, dindons,
Enfin tout animal semblable ;
Celui qui se dit raisonnable
Est excepté formellement.
Or, une amitié mutuelle
Liait l'une et l'autre femelle ;
Elles causaient familièrement,
Se comprenaient parfaitement.
Bientôt il advint que la Truie
Se trouva pleine ; son amie
Était enceinte, et son terme approchait.
De leurs futurs enfants chacune devisait.
De sa fécondité la Truie était fort fière,
Et du très-peu de la Fermière
Se moquait agréablement.
Bien loin de se fâcher, de vouloir faire pièce
À cette Niobé d'une nouvelle espèce,
« Assurément,»
Dit en riant la ménagère,
« Votre postérité m'est chère,
Vous savez tout le cas que je fais de vos dons ;
Mais il faut vous vanter un peu moins ; car, en somme,
Mon unique enfant, c'est un homme ;
Tous les vôtres sont des cochons.»

 

Nicolas Cirier

 

Fables nouvelles, Paris, 1858. Source : gallica.bnf

Partager cet article
Repost0

commentaires

Léonie Laroue 25/02/2011 20:55



P.S. Ta photo est très belle ! Tu la gardes encore pour plusieurs jours ?



Yves 27/02/2011 09:08



Une pierre, quand tu la tiens, c'est pas pour la jeter à la première occasion !



Léonie Laroue 25/02/2011 20:52



Cochonnerie ou cochonnailles ? Par chez vous, on aime les deux, il me semble ?



Yves 27/02/2011 09:06



L'une – ou les unes – plus que l'autre – ou les autres.



lizagrèce 25/02/2011 11:43



Une belle cochonnnerie !!



Yves 25/02/2011 17:26



Et tout est bon...



Topa 25/02/2011 07:46



D'après ce que j'ai pu lire rapidement, Cirier fut repéré et réhabilité par Queneau, ce qui est plutôt bon signe.


Pour rebondir, évoquons Marie Darrieussecq et ses Truismes...



Yves 25/02/2011 09:47



Je retrouve dans mon exemplaire défraîchi de Bâtons, chiffres et lettres, une petite note manuscrite – c'est ainsi que je préparais mon bac ! – :


Cirier


Scène Amphibolo-terorthographicologique (1850)


Hommage à M. l'A,B,X. Démonstration, A+B=AB



Flora 25/02/2011 06:11



A chacun ses lardons !


...et puis ces mots de Baudelaire dans Le Spleen de Paris:"Le poète jouit de cet incomparable privilège, qu'il peut à sa guise être lui-même et aux truies."



Yves 25/02/2011 08:48



On annonce Baudelaire au salon de l'agriculture. Probablement demain.