Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 23:00

Royco

 

Extrait d'une page de réclame du Pèlerin (n° 3784, 22 mai 1955). Humour du metteur en page : d'un côté, on sauve la poule de la maladie, de l'autre, elle finit dans le potage. Il faut croire que les poules ne lisent pas* le Pèlerin, pas une n'a protesté dans le courrier des lecteurs des numéros suivants.

 

* Ou peut-être prendre la plume leur coûte-t-il ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Minik do 01/08/2014 17:22


dans cette pub


pas la moindre coquille...

Yves 02/08/2014 22:35



Pas une, ma couille, dirait le Gérard Depardieu des Guignols.



Henri 01/08/2014 13:56

Ou si elles lisent Le Pélerin, elles rechignent à prendre la plume et monter sur leurs ergots.

Yves 02/08/2014 22:29



Timidité sans doute.



lizagrèce 01/08/2014 12:32


C'est ça le commerce : vendre plus cher  des poules bien grasses et en bonne santé !

Yves 02/08/2014 22:29



Est-ce qu'on peut encore dire d'une poule dans son assiette qu'elle est en bonne santé ?



martine 01/08/2014 10:35


je constate que la bête sauvée est une poule et celle mangée est un poulet ...je n'en dis pas plus ...simple remarque!!!

Yves 02/08/2014 22:28



C'est finement observé. Maintenant qui dit que dans le potage, y a pas une ou deux vieilles poules ?



thé âche 01/08/2014 08:14


et Maurice Chevallier (avec unne aile ou deux ?) chantait viens Poupoule ! de toute manière pauvres poules empoisonnées d'un côté et trucidées de l'autre.


signé : S P A (Sympathie Pour Ailes)

Yves 02/08/2014 22:27



La poule n'a pas de pot.